Digerz

Les sites éco-responsables, l’avenir de l’Internet ?

Le web est énergivore, nous le savons tous ! Néanmoins nous n’avons pas conscience du réel impact de cette pollution quotidienne. Dans un contexte où le respect de l’environnement prend de plus en plus de place, il est légitime de s’interroger sur l’empreinte écologique des sites que nous produisons.

La pollution générée par le web en quelques chiffres

Loin de nous l’idée d’être alarmiste dans les données publiées ci-dessous, néanmoins elles nous permettent de prendre conscience de l’ampleur croissant du phénomène :

  • Si Internet était un état, ce serait le 4ème plus gros pollueur de la planète
  • Internet consomme 10% de l’énergie mondiale
  • En 2025, l’activité numérique polluera autant que le transport routier mondial
  • Un e-mail sans pièce jointe est aussi énergivore qu’une ampoule allumée pendant une heure
  • La consommation de streaming, très énergivore est en constante augmentation et pourrait atteindre 80% du trafic Internet mondial dans les prochaines années (selon Greenpeace).

 

Et votre site Internet dans tout ça ?

Toute proportion gardée face au géant du web, votre site Internet pollue. Il semble donc être dans l’ordre des choses de chercher des solutions pour réduire votre empreinte carbone. Nul doute qu’à terme, la navigation sur un site éco-responsable sera un critère de préférence pour les Internautes. Voici donc quelques conseils pour développer un site Internet respectueux de l’environnement.

 

1. Choisissez un hébergement éco-responsable

Les serveurs stockant les fichiers qui constituent les pages Web, nécessitent de l’énergie 24 heures sur 24. Par conséquent, l’une des premières étapes pour passer à un site Web plus durable consiste à faire appel à un fournisseur d’hébergement fonctionnant à 100% en énergie renouvelable. Il existe de plus en plus de solutions pour obtenir un hébergement avec une faible émission de carbone ou utilisant une énergie renouvelable pour alimenter les serveurs. Biomasse, hydroélectricité, énergie solaire, éoliennes… il existe une multitude de sources d’énergie possible pour alimenter les serveurs hébergeant votre site Internet.

Source

 

2. Utilisez une mise en cache du serveur

Pour les sites Web utilisant un CMS (tel que WordPress ou Drupal), les pages sont générées de manière dynamique chaque fois que quelqu’un visite une page Web. A chaque nouvelle consultation, la page est donc de nouveau chargée, augmentant ainsi la consommation d’énergie du serveur Web. Des technologies de mise en cache (ex : Varnish), génèrent à l’avance des versions statiques de chaque page, de sorte que la surcharge du serveur est considérablement réduite pour la plupart des visiteurs. Cela limite donc la consommation d’énergie du serveur et fait une grande différence en termes de temps de chargement des pages.

 

3. Passez par un CDN

Les réseaux de distribution de contenu (Content Delivery Network / CDN) possèdent une infrastructure technique optimisée pour délivrer le plus rapidement possible des contenus Web de type images et vidéos. Les CDN (Akamai par exemple) sont notamment utilisés pour s’assurer que les visiteurs d’un site web attendent le moins possible pour voir une vidéo ou un élément publicitaire. Dans la plupart des cas, les fichiers les plus volumineux seront chargés à partir de l’emplacement du CDN dans la région de l’utilisateur, ce qui réduit la distance parcourue par les données et donc le temps de chargement d’une page.

 

4. Mettez à jour les logiciels serveurs

Une autre solution relativement simple à mettre en place consiste à maintenir le logiciel du serveur à jour. Par exemple, lors d’une mise à niveau de PHP, des gains de performance énormes ont été constatés avec pour effet une réduction de l’énergie consommée.

 

5. Facilitez l’accès à l’information

Orienter le plus efficacement possible les utilisateurs sur votre site est un principe de base de l’expérience utilisateur. Ne pas perdre vos visiteurs dans leur navigation c’est non seulement la garantie de les conserver sur votre site, mais c’est également leur faire économiser des ressources énergétiques… Ils accèdent rapidement au contenu, donc ils consultent moins de pages inutiles, donc ils chargent moins de contenus, donc vous faites des économies d’énergie. Ce principe de base est d’autant plus vrai sur mobile : n’hésitez pas supprimer les contenus qui parasitent la navigation de l’internaute sur un écran à format réduit.

 

6. Compressez vos images et vos vidéos

Les images et les vidéos contribuent très largement à l’augmentation du poids d’une page Web. Plus vous utilisez d’images et de vidéos, plus vous transférez des données et plus vous utilisez d’énergie. Vous devez donc tout d’abord vous demander si l’usage de ce type de médias est nécessaire et si c’est le cas, vous interroger sur la façon d’optimiser leur poids.

  • Pour les images vous pouvez compresser le poids en passant par des solutions dédiées (https://imagecompressor.com, https://tinypng.com/, etc…)
  • Pour les vidéos, bloquez le lancement automatique et ajustez la qualité de celles-ci pour diminuer son poids lors de la lecture.

7. Optez pour des polices système

Une police peut améliorer significativement l’aspect esthétique de votre site Internet, cependant (et cela ne plaira pas à votre DA), elles surchargent le poids de vos pages sur lesquelles elles sont utilisées. Un fichier de police unique peut atteindre 250Ko et cela ne concerne que le poids standard. Si vous passez la police en gras, ajoutez encore 250Ko. Pour réduire l’impact environnemental, vous pouvez utiliser des polices système telles que Arial ou Times New Roman car elles se trouvent déjà sur le périphérique de l’utilisateur. Pensez également à réduire les nombre de variations typographique.

 

8. Fond noir ou fond blanc ?

Une palette de couleurs noire est-elle plus éco-énergétique que des couleurs claires sur un site Web ? Il semblerait que cela dépende du type d’écran. Avec un écran LCD, cela fait très peu de différence et dans certains cas, le noir consomme même plus d’énergie. Cependant, les écrans à tube cathodique et les écrans AMOLED plus récents, utilisent davantage d’énergie pour produire des pixels blancs.

 

9. Souciez-vous de la qualité de votre code HTML

Outre la face visible de l’iceberg, le code HTML de votre site Internet a un impact sur l’empreinte carbone de votre site Internet :

  • Gardez un code propre et simple
  • Évitez les doublons et les commentaires
  • Vérifiez que les frameworks utilisés sont optimisés et adaptés à votre problématique
  • Supprimez les plugins inutiles qui augmentent inutilement le poids du site

 

10. Utilisez moins de JavaScript

Le JS affecte l’éco-responsabilité de votre site web en ajoutant le poids du fichier à votre page et en augmentant la quantité de traitement requise par le périphérique de l’utilisateur. Le but de cette constatation n’est pas de vous faire supprimer tous les effets présents sur votre site web, néanmoins il est pertinent d’utiliser ces fonctionnalités avec parcimonie. Certaines animations sont très gourmandes en ressource ce qui a pour conséquence de ralentir le chargement de votre page et d’accroître l’empreinte carbone de votre site Internet.

 

Sources :

http://bit.ly/32TlGTS

http://bit.ly/32RTBfw

http://bit.ly/31Ve5D1

http://bit.ly/2PuKyxg

http://bit.ly/32WmF5E

 

Si vous êtes intéressé par cette approche plus soucieuse de l’environnement, prenons contact et commençons à réfléchir ensemble à l’optimisation éco-responsable de votre site !

nous contacter